Tour de passe-passe sur la sécu

Macron a ordonné la suppression d’une partie des cotisations du salaire brut. Mais c’est tout sauf une augmentation de salaire !
En effet, le « net » au bas de notre fiche de paie n’est qu’une partie de notre salaire réel. Il faut y ajouter ce que le travailleur et le patron versent pour la sécurité sociale, la retraite. Le MEDEF appelle cela des « charges » alors qu’il s’agit d’un salaire différé qui est le socle de notre sécurité sociale, enviée par de nombreux pays. Et malgré les mauvais coups portés par les gouvernements successifs, elle reste un élément fondamental de notre vie. Le salaire net va légèrement augmenter mais, en retour, les frais de santé vont exploser. De plus, la mesure sera compensée par une hausse de la CSG, cet impôt prélevé sur tous les revenus, notamment les retraites. Macron alourdit ainsi la fiscalité des ménages et exempte les entreprises qui payaient là une partie différée de nos salaires. Par ailleurs, en transférant la gestion des organismes de sécurité sociale à l’Etat, jusque là gérés paritairement par les syndicats salariés et patronaux, il aura les mains libres pour décider des évolutions du système de protection sociale et donc du niveau d’indemnisation de chacune et chacun…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *