La formation professionnelle, une compétence régionale : quel avenir sous Laurent Wauquiez ?

Les acteurs et les actions en matière de formation sont nombreux et nécessitent une organisation particulière sur les territoires.
En effet, il est important de prendre en compte les caractéristiques de chaque bassin de vie, afin d’adapter de manière pertinente et innovante l’offre de formation.

Pourtant, cette fin d’année est pleine d’incertitudes en matière de renouvellement, en 2017, des formations dispensées aux adultes. Les marchés passés avec l’ancienne Région Auvergne pourraient être dénoncés ? Les budgets accordés aux Missions Locales seraient divisés par deux ? Seuls les organismes de formation qui afficheraient de bons résultats et ce, de manière rapide, obtiendrait les financements ? Mais qu’est-ce un « bon résultat », d’ailleurs ? Un contrat de travail d’un mois ?!

En un an, sur Ambert, la part de demandeurs d’emploi inscrits depuis plus de 2 ans à Pôle Emploi a augmenté de + 17 %. Faut-il, pour ces personnes, un « accompagnement express » ou, au contraire, leur permettre de reprendre confiance en elles, de réfléchir à une éventuelle réorientation professionnelle et de se rapprocher à nouveau de l’emploi ?

Quel est l’avenir des dispositifs d’insertion ? Les demandeurs d’emploi vont-ils pouvoir à l’avenir se former localement aux métiers qui recrutent?
Trop de structures voient leur fonctionnement menacé par les décisions de l’exécutif régional (baisse, par exemple, de moitié du budget de la FRAPNA, retard dans les notifications de dotations aux lycées, créant pour les établissements une vraie insécurité). Les territoires ruraux ne doivent pas être abandonnés, restons extrêmement vigilants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.