Conseil départemental : quand l’immoralité fait bon ménage avec le ridicule

Cg_pdd_clermont-2C’est avec stupéfaction que nous avons appris que le Conseil départemental avait voté un abattement fiscal de 450 000 € pour le groupe Michelin durant la session du 18 janvier 2016. Dans le même temps, au fil des semaines, nous apprenons que la majorité du président Gouttebel a restreint les subventions aux associations, supprimé les aides pour les artisans et diminué de façon drastique l’APA (Aide Personnalisée pour l’Autonomie) dont bénéficient les personnes âgées et dépendantes. Ces mauvaises nouvelles s’ajoutent à la suppression de la subvention de 18 000 € pour le réseau rural d’éducation (RRE) qui met gravement en cause l’avenir des 4 collèges à Cunlhat, Olliergues, St-AmantRoche-Savine et St-Dier-d’Auvergne.

En 15 mois, cela commence à faire beaucoup pour une majorité de gauche.

Certes, nous sommes conscients des difficultés budgétaires du conseil départemental mais frapper le porte-monnaie des personnes âgées, des artisans et des associations pour engraisser une multinationale, c’est quand même un peu fort de café !

On éprouve même un sentiment d’écœurement quand on apprend que, toute honte bue, les actionnaires de Michelin, réunis en assemblée générale le 13 mai dernier se sont octroyés une augmentation de dividendes de près de 10 % sur l’année précédente. Cette décision venant en même temps que l’annonce d’un bénéfice net de 1,16 milliard, en hausse de 13 %. Quant aux salariés, ils attendent toujours la moindre augmentation… mieux même, le 1er mars dernier, les dirigeants leur ont annoncé la suppression de 500 postes dans les usines clermontoises. Quel pied-de-nez du patron divin aux « élus du peuple » qui se sont lamentablement couchés devant son chantage !

Heureusement, les 5 conseillers départementaux du Front de Gauche ont sauvé l’honneur du conseil départemental. En votant contre ces décisions, ils ont refusé de sombrer dans le ridicule et l’immoralité.
… Mais au fait, qu’ont donc voté nos 4 conseillers départementaux, Messieurs Coupat et Sauvade et Mesdames Prunier et Giron ? Peut-être serait-il judicieux de le leur demander.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.